Dès que les manoeuvres précédentes ont permis d'obtenir une bonne souplesse de l'ensemble articulaire du pied, peut débuter la dérotation du bloc calcanéo-pédieux.
Cette manoeuvre qui crée le mouvement, ne doit jamais être forcée.

Si elle se révèle infructueuse, il faut faire un retour en arrière, pour approfondir l'assouplissement de la zone qui gêne cette dérotation.

La main qui maintient, se place en arrière, fixant les malléoles, ainsi que le talus réintégré.
La main correctrice se place sous la voûte plantaire, en empaumant tout le bloc calcanéo-pédieux.
L'ensemble du pied est porté en abduction très progressive, pour amorcer une éversion globale du pied.

Elle ne peut se faire que si les déformations dans l'articulation de Chopart sont réduite.

Il doit être possible de décoller le naviculaire de la malléole médiale.

Il s'agit d'un mouvement de rotation dans l'articulation sous-talienne.

On comprend que cette manœuvre n'est possible que si le naviculaire est réduit devant la tête du talus et le talus en bonne position dans la pince bimalléolaire.

VOIR LA VIDEO

 

[ INTRODUCTION ][ BILAN ][ ETAPES DU TRAITEMENT ][ DECOAPTATION TALO NAVICILAIRE ][ ADDUCTION DU MEDIOTARSE ][ VOUTE PLANTAIRE ][ PRONATION AVANT PIED ][ VARUS ARRIERE PIED ][ REINTEGRATION TALUS ][ DEROTATION DU BLOC CALCANEOPEDIEUX ][ CORRECTION EQUIN ][ APPAREILLAGE ][ PLAQUETTES ][ CONTENTION NOUVEAU NE ][ CONTENTION NOURISSON ][ ATTELLES ][ CHAUSSURES ][ PRE APPUI SKIS ][ CONCLUSION ]

Copyright © Philippe SOUCHET Hôpital Robert Debré Paris - Site créé avec ThunderSite